L’homme Sage…

Il est des rencontres avec les livres qui bousculent votre intérieur, qui vous invitent au dépoussiérage, au ménage salutaire, puis qui vous laissent avec une question sans fin: que voulons nous vouloir ?

Sommes nous vraiment maître de nos choix ? Cette pente vertigineuse vient conclure l’ouvrage de Mr Harari, Sapiens, une brève histoire de l’humanité, après avoir exploré 70 000 ans de notre histoire. A la fois analyse historique et vulgarisation scientifique, ce livre vient interroger nos mécanismes les plus profonds à l’endroit où s’opère une bascule nette dans l’histoire de l’humanité : la capacité de transmettre des informations sur des choses qui n’existent pas. Légendes, mythes, dieux et religions, lois et règles, tous sont apparus avec cette révolution cognitive. Est-ce cette capacité de fiction qui a conduit L’Homo Sapiens à dominer si rapidement la planète ? Nous vivons tous ensemble en validant des fictions qui créent un ordre imaginaire : les lois, les Etats, l’argent, les religions… Tout cela n’existe que dans notre tête et n’a aucune existence objective. Nous naissons, vivons et mourrons dedans, la plupart du temps sans nous en apercevoir.

« Jamais vous ne convaincrez un singe de vous donner sa banane en lui promettant qu’elle lui sera rendu au centuple au ciel des singes. »

Il est des rencontres avec la fiction qui vous donnent envie de créer une fiction pour parler de la fiction… Tous les amis que j’ai croisés et qui connaissent ce livre m’ont dit : je suis curieux de voir comment tu vas monter cela ! J’ai eu envie de leur répondre (je ne sais plus si je l’ai vraiment fait tiens): moi aussi !

Et puis comme d’habitude, lorsqu’il s’agit de la scène, c’est la scène qui donne la réponse. L’équipe est en laboratoire et les idées dans la tête laissent place au corps sur le plateau : des scénarios apparaissent, absurdes fictions pour révéler la fiction. Il y a non pas une histoire à raconter mais des sensations à transmettre, avec l’épaisseur nécessaire des personnages qui se dessinent. Il y a encore du chemin à parcourir. Il y a encore du temps! Cette création verra le jour dans (à peu près) 2 ans.

J’éprouve donc le meilleur scénario possible et vous dirai dans un prochain billet, comment je vais monter cela…

Olivier Colombel (Cie Sons de Toile)


    Envoyer un commentaire