Au bout du rouleau (création 2019)

L’histoire

Colette s’est laissée séduire par son patron, André. André a cru pouvoir changer de vie, mais il est pris par le faisceau des conventions et du coup veut en finir. Sa femme, Guilaine, tente le tout pour le tout pour sauver son couple mais ira jusqu’à lui tirer dessus.

C’est le temps du grand déballage, le jour des comptes. Chacun règle son ardoise à la vie, avec les autres mais surtout avec lui-même. Au passage, chacun va de sa vision de la société, de la condition humaine, de la femme, des conventions, du désir.

 

>> écouter une pastille sonore (Réalisation Erwin Chamard)

 

Principe d’écriture

Violent immédiat, comme un crachat jeté à la figure, le texte d’Au bout du rouleau est sans concession. Inspiré par les textes de Hanoch Levin, ou encore Sylvain Levey, Il est un constat amer, d’une époque où tout était soi-disant possible, parce que la liberté de vivre avait été conquise, mais où le désir reste la valeur qu’il faut défendre.

Avec cette écriture, chaque acteur devient tour-à-tour narrateur et personnage. Il peut s’adresser directement au public et immédiatement retourner dans le jeu de la situation. Chaque personnage se lance dans le récit de sa vie, de la vision qu’il en a et les paroles des uns s’intercalent avec celles des autres. Ainsi, au gré des monologues qui se croisent, se coupent, se répondent, on reconstitue peu-à-peu le fil des événements. Ces réminiscences pourront prendre la forme de flashs back par moments ou d’incursions dans le monde du rêve à d’autres moments.

Ecriture et mise en scène : Henri Bonnithon

Avec : Nicolas Vayssié, Mercedes Sanz Bernal, Aurélie Désert

Regard extérieur : Gilles Estran

 

Documents à télécharger

Prochaines dates

30 novembre 2017
16h00
Présentation d'une 1er étape de recherche Le Cerisier, Bordeaux (33)
Accès calendrier